Record de la Méditerannée

Record de la Méditerranée

Armel Le Cléac’h a largement amélioré le record de la traversée de la Méditerranée en solitaire en 18 h 58’13”, soit 6 h 40’23” de mieux que le temps de référence établi par Thomas Coville il y a un an (25 h 38’36”). C’est pour le Saint-Politain, skipper du maxi-trimaran solo Banque Populaire VII, une superbe performance, puisque c’était la première fois qu’il s’élançait sur un record à bord de ce géant de 31,50 m…

Une première tentative avortée

Après un premier essai, dimanche midi, qui s’était soldé par un retour en rade de Marseille, à la suite de conditions météorologiques peu conformes aux prévisions, Armel Le Cléac’h n’a pas attendu longtemps pour repartir à l’assaut de son premier record en solitaire. À peine revenu au large des îles de Frioul, le bateau s’est élancé à 5 h 02’57”, lundi, en direction de Carthage (Tunisie). Dans une brise de nord-ouest d’une vingtaine de noeuds, il s’est rapproché des côtes sardes. « Le choix de revenir après une première tentative avortée était une bonne idée, même si j’arrive à Carthage assez fatigué, puisque je suis, en fait, parti de La Ciotat dimanche matin ! ».

Une journée animée…

C’est grâce à une trajectoire très pure et très directe vers l’île de San Pietro, au sud-ouest de la Sardaigne, qu’Armel Le Cléac’h a engrangé une grosse partie de son avance puis, quand la nuit est tombée, le trimaran a encore accéléré à près de trente nœuds pour piquer sur le cap Blanc. « C’était un peu chaud, mais j’ai pu rester proche de la route directe presque tout le parcours. Le trimaran est très sain et très rapide dès qu’il y a du vent : c’est encourageant pour la suite, pour les records de la saison prochaine et pour la Route du Rhum ». Et dans une brise de secteur ouest en baie de Tunis, le grand trimaran pointait à plus de 32 nœuds sur les derniers milles, pour couper la ligne d’arrivée à 00 h 01’10” mardi ! Armel Le Cléac’h a réussi son premier challenge, en collaboration avec son routeur, Marcel Van Triest, qui avait choisi opportunément cette fenêtre météorologique originale : plus de 100 milles de marge et plus de six heures et demie d’avance, à 23,80 nœuds de moyenne sur les 458 milles de ce parcours entre Marseille et Carthage, mais à 25,40 nœuds de moyenne sur l’eau… Le trimaran devrait rallier La Ciotat ce soir.

Source : Le Télégramme du 2 octobre 2013